• De la taxation des multinationales.

    Imprimer

    Il est de coutume en Suisse, quand on évoque les travaux de l'OCDE, de s'entendre répondre : "Ils ne sont pas prêts d'être appliqués...". C'est pourquoi on peut se permettre de mettre quinze ans pour décider du taux qu'on appliquera  aux bénéfices des sociétés qui ont leur siège. sur notre territoire. On vient d'apprendre que le 18 octobre prochain, l'OCDE proposera, lors du G20 finances à Washington., son nouveau projet : Les grandes entreprises ne paieraient plus leur impôts au siège du groupe, mais dans les pays où les biens sont exportés et vendus et où les bénéfices sont générés.

    On comprend le peu d'intérêt que présentera, désormais, l'installation d'un siège social de grands groupes sur notre territoire, puisque c'est juste la part du marché intérieur qui sera taxée. Bien que de nombreuses voix aient alerté dans ce sens, Ueli Maurer semble découvrir tout d'un coup que cela risque de bouleverser notre régime fiscal et que les pertes pourraient se chiffrer en milliards de Francs. 

    Sans compter l'incidence sur le marché immobilier si la place suisse ne présente plus d'attractivité particulière.

  • Ultimatum au PDT

    Imprimer

    On lit que SolidaritéS n'acceptera de faire liste commune aux municipales genevoises que si les quatre élus en Ville de Genève qui ont quitté ce mouvement mais sont restés au sein du groupe EAG (Parti du Travail) leur rétrocèdent CHF 150.000 de jetons de présence. Curieuse conception de la notion de "jeton de présence" dont on aurait pu croire qu'elle était prévue pour dédommager précisément les personnes présentes. Mais tout est bon pour racketter de quoi payer leurs pseudo-militants et éliminer les candidats du PDT. Et ils osent parler des "règles de la coalition EAG" alors qu'ils ont longtemps été les adversaires acharnés de tout statut pour cette simple coalition électorale, de manière à pouvoir inventer les règles au fur à mesure de leurs intérêts. En tous cas, l'intérêt général semble bien être le dernier de leurs soucis. Ce sont de toutes petites gens.