13/12/2017

Pourquoi je voterai le budget 2018

Nous n'allons nous occuper jeudi et vendredi au Grand Conseil ni de la nouvelle grille salariale des fonctionnaires, ni de la recapitalisation de la CEPG, ni de la nouvelle version du taux de taxation du bénéfice des sociétés, pour laquelle je maintiens mon opposition. S'agissant en revanche du budget 2018, je ne suivrai pas le délégué de SolidaritéS à la commission des finances, qui le trouve comme chaque année, inacceptable, ajoutant sa voix à celle de l'UDC et du PLR. Il s'agit d'une posture de principe ; les communiqués de presse sont prêts avant la lecture même du budget et le mot d'ordre des trotskistes est de refuser tout ce qui vient du conseil d'Etat.

Je voterai ce budget comme l'an dernier avec les membres de l'alternative que sont les socialistes et les verts, bien que je n'approuve ni la suppression de 3 millions au Grand Théâtre, ni celle de CHF 102.000 au Club Suisse de la Presse et espère que des amendements seront votés pour les rétablir. Mais on ne saurait nier les concessions accordées : Pas de coupes sur l'aide aux primes maladie, annuité complète aux fonctionnaires, augmentation de 301 postes de ces derniers, dont 196 au DIP, etc. Les charges augmentent ainsi de 2,5% et il faut beaucoup de mauvaise foi pour persister à parler de "budget d'austérité".

Ayant moi-même représenté "Ensemble à Gauche" à la commission des finances, je sais combien il est difficile de se faire idée des besoins réels des quelques 400 entités subventionnées par l'Etat de Genève. Chaque direction questionnée répond invariablement qu'elle manque de personnel et travaille à flux tendus. Si cela est  indiscutable pour les HUG, l'IMAD, les EMS et encore certaines autres, il est certainement abusif de généraliser cette pénurie à l'ensemble du secteur subventionné. Le principe des coupes linéaires est regrettable, une analyse plus fine devrait pouvoir être menée par  les commissaires.

Les investissements prévus de 726 millions sont globalement satisfaisants. je ne suis pas d'accord avec le refus de la commission de prévoir 32 millions pour l'étude et les premiers travaux de la prison des Dardelles qui doit ouvrir 450 places de détention supplémentaires. Les conditions prévalant actuellement à Champ Dollon sont inacceptables et n'ont que trop duré.

Les commentaires sont fermés.