10/04/2017

Loi sur la gouvernance des régies publiques

Une fois de plus, Solidarités publie un communiqué avec des passages totalement mensongers me concernant dans sa prétendue "lettre d'information du groupe parlementaire Ensemble à Gauche au Grand Conseil » à propos de la loi sur les régies publiques que nous avons traitée jeudi et vendredi derniers.

 Les rédacteurs osent écrire à mon sujet « C’est à elle que l’on doit l’amendement qui interdit aux personnes ayant connu des difficultés financières, victimes de la spirale de l’endettement, de pouvoir siéger dans un Conseil ». J’ai bien expliqué que mon amendement ne visait que les actes de défaut de biens pour cause d’impôts. Les personnes avec des difficultés financières ne paient généralement pas d’impôt ; les autres savent très bien qu’elles doivent verser des acomptes, accomplir le premier de  leurs devoirs civiques et ne pas considérer les impôts comme les dernières dépenses devant être réglées. Demandons-nous à qui SolidariteS veut permettre de siéger dans les conseils des régies publiques sans que cette personne ne règle ses dettes d’impôt !

 Quant au salaire du directeur de l’aéroport, j’ai bien expliqué que mon amendement ne visait pas le salaire en tant que tel, mais le fait que le conseil d’Etat ait signé il y a six mois un contrat de travail en pleine contradiction avec son projet de loi. Je voudrais voir la tête d’un Jean Batou si on lui annonçait que son salaire de professeur d’université est tout d’un coup remis en question !

 Je commence à en avoir assez d’être constamment trahie et salie par cette composante de mon groupe parlementaire, même si le lectorat de leurs torchons reste très confidentiel.