10/02/2017

Les fausses informations

Une fois de plus, "Le Courrier", cette fois sous la plume de Philippe Bach, écrit des contre-vérités telles que "l'actuelle législature (du Grand Conseil) a vu l'exclusion de députés ayant fondé un nouveau parti, les Radicaux de gauche... mais aussi la suspension d'une députée élue sous l'étiquette de La Gauche. Le journaliste est parfaitement au courant de la fausseté de ses allégations et sait très bien que, vu les procédures en cours, le Bureau du Grand Conseil n'a jamais voulu prendre acte des prétendues exclusions du Groupe "Ensemble à Gauche" de Pierre Gauthier et de moi-même. Il crée sciemment la confusion avec le conseil municipal de la ville de Genève qui n'est pas le sujet de l'article et où La Gauche n'a jamais présenté de candidat. Mais mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose.

Par ailleurs, contrairement à ce qu'ils annonçaient dans l'édition du 10  janvier de ce même Courrier, les trotsko-staliniens qui tiennent la caisse d'"Ensemble à Gauche" n'ont jamais versé à nos partis respectifs la part des jetons de présence qui leur revient. Il y en a décidément chez qui le mensonge est une seconde nature.

Commentaires

Bonjour Madame Orsini,

Le journaliste a-t-il mal compris la version qu'EAG (Solidaritès?) lui a servie, ou y prend-il cause et effet pour ces Kapos?
A ma connaissance, le journaliste est une de leurs vieilles connaissances. Le journaliste faisait ses premières dents professionnelle avec eux, lorsqu'ils étaient encore fusionnels avec la parti écologiste genevois en campagne (1985 et 1989). C'est un vieux compagnon de route. Il a le droit d'avoir de préférences mais pas de tordre une vérité.

Votre information nous montre clairement que notre démocratie est en danger.
Nous devons réagir et apporter une réponse au problème de minage invisible souvent opéré de l'intérieur d'un parti politique et qui finit par causer du tort à la société. Souvent, c'est le fait de quelques imposteurs qui phagocytent un groupe ou une formation pour y semer la déstabilisation. L'opération a pour but d'en retirer tous les profits. Ceux qui se sont aventurés à se coaliser avec eux, ont perdu leur âme ou les quittent en laissant tout: leur dignité et leur réputation.

Peut-être connaissez vous la pétition mise en ligne sur cette même plate-forme de la Tribune de Genève.
Si vous le permettez, j'y joins le lien ci-dessous en fin du commentaire.

Qui peut encore faire confiance au groupe Ensemble à Gauche?

Vous avez parfaitement raison de nous révéler les agissements de ces avatars du "Coup d'Etat à l'Ukrainienne": faire taire et flétrir (espérant leur démission) leurs alliés en les privant de ressources publiques alors qu'ils les détournent à leur propre profit - ils devraient normalement restituer cette part à la caisse publique. C'est une vraie anomalie dans les règles du Grand Conseil, un vide malhonnête de la règle vis-à-vis des citoyens.

Intitulé de la pétition.
"Le député n’appartenant plus à un groupe, siège comme indépendant et garde toutes les prérogatives liées à
son mandat, ainsi que sa participation aux commissions."

http://ddge.ch/wp-content/uploads/2017/01/DDGE_petition-2017.pdf

Écrit par : Beatrix | 11/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.