06/01/2017

Leurs vrais mobiles

Aux six membres trotsko-staliniens du Groupe parlementaire EAG, il ne suffit pas de s'être répartis entre eux seuls les commissions du Grand Conseil qui devraient être équitablement distribuées aux neuf élus du groupe. Ils viennent en fin d'année de décider de garder pour eux la part qui revient à mon parti "La Gauche" de l'indemnité annuelle versée à chaque  groupe,  la part qui lui revient sur mes jetons de présence, soit 75% de ces derniers, ne me laissant que 25% de ces maigres jetons, calculés sur la seule fonction à laquelle ils n'ont pu s'opposer, celle de membre du Bureau du Grand Conseil. En tout, C'est plus de CH 25.000 qu'ils refusent de nous rétrocéder, comme ils le faisaient les autres années. Le Secrétariat du Grand Conseil ne souhaite pas intervenir, considérant que c'est un problème interne au groupe.

Ils estiment avoir décidé entre eux que "La Gauche" ne faisait plus partie du groupe EAG et qu'à ce titre elle pouvait être gaiement spoliée de toutes les indemnités relatives au travail de l'élue que je suis. Inutile de rappeler que ni le Bureau du Grand Conseil, ni la chancellerie n'ont accepté de prendre acte de cette prétendue exclusion, qui ne se réfère à aucune disposition légale ou statutaire et qui est contestée. Tous les citoyens peuvent constater que La Gauche figure bien dans la brochure des dernières votations, comme composante d'Ensemble à Gauche.

Sous couvert d'être horrifiés par une abstention à laquelle j'ai osé me livrer il y a quelques mois, ces tristes personnages montrent ainsi leur vrai visage : Tenter d'asphyxier financièrement le moindre rival pour assouvir par n'importe quel moyen leur rêve hégémonique. Encore une procédure en perspective. C'est lassant, mais nécessaire. On ne peut laisser accomplir sans réagir de tels agissements.

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.