26/11/2014

Quelques chiffres

A un journaliste étranger, qui voulait absolument quelques exemples de forfaits scandaleux, j'ai vainement essayé d'opposer l'omerta, pourtant réelle, à laquelle on se heurte quand on essaie de s'en procurer des individuels auprès des différentes administrations fiscales cantonales.

je me suis donc replongée dans l'excellent numéro "spécial riches" publié par "Le Courrier" le 16 novembre dernier qui se livre à quelques estimations : Ingvar Kamprad, fondateur d'Ikea, qui vient de quitter Epalinges, dispose d'une fortune évaluée à plus de 40 milliards de Francs. Même s'il n'avait placé cette fortune qu'avec un rendement de 1% (au lieu des 15% couramment exigés), cela signifierait un revenu annuel de 450 millions. Or, il payait 165.000 Francs d'impôt, soit un taux de 0,03%.

Il a choisi d'aller finir ses jours en Suède ; les impôts économisés se chiffrent par milliards. De quoi, en effet, s'offrir une retraite à l'abri du besoin. Ses trois fils héritiers, comme toutes les trois cents plus grandes fortunes de Suisse, ont augmenté leur fortune en 2013, en l'occurrence de plus de 3 milliards.

Selon la chercheuse Monique Pinçon-Charlot, toujours citée par "Le courrier", "les riches sont bien une classe, qui veut venir à bout des "privilèges" des classes moyennes... la richesse produit une sidération qui assigne des places dans la vie".

Il ne nous reste qu'à espérer que le peuple suisse ne sera pas dupe de tous les chantages et contre-vérités qui auront été proférés au cours de cette campagne, avec un financement encore plus disproportionné qu'à l'ordinaire et l'appui inconditionnel de certains medias et qu'il votera avec enthousiasme un OUI massif à l'abolition des forfaits fiscaux.

Les commentaires sont fermés.