14/03/2014

L'etat "vache à lait"

La majorité de droite du parlement a opté hier pour faire contrôler les comptes de l'Etat par une Fiduciaire privée plutôt que par la Cour des Comptes, puisque la nouvelle constitution donnait le choix entre ces deux options. Ainsi se dessine une tendance de plus en plus marquée du MCG et des verts à confier au secteur privé des tâches que l'intérêt public devrait évidemment réserver à l'Etat.

Des centaines de milliers de Francs vont donc tomber dans l'escarcelle d'une grande fiduciaire, qui en profitera bien entendu pour installer pendant des centaines d'heures ses armées de candidats à l'expertise comptable dans les locaux de l'Etat. Qui ne les a pas  subis ne sait pas ce que c'est que ces nuées d'étudiants harcelant les employés avec des questions redondantes, sous la supervision d'un "senior" hors de prix qui daigne faire une apparition de temps en temps. Aucune raison de se gêner : c'est le contribuable qui paye.

Alors que la Cour des comptes, déjà fort bien dotée en experts comptables diplômés, pouvait fort bien se voir octroyer une cellule spéciale supplémentaire pour le contrôle des comptes de l'Etat. On aurait ainsi échappé à tout risque d'indiscrétion de la part d'entités notoirement alimentées par les multinationales. L'argument de l'indépendance ne tient pas une minute quand on sait qu'au sein des grandes fiduciaires, il est justement courant qu'un service conseille et tienne la comptabilité d'un client, tandis qu'un autre a le mandat de révision des comptes de ce même client, le tout avec la bénédiction de la Chambre fiduciaire.

Et, pour achever d'énerver le MCG : Imagine-ton la République Française faisant contrôler ses comptes par "PricewaterhouseCoopers" ?

Commentaires

Le cri du contribuable.

Les mandats au privé bénéficiaient sûrement d'un vote au parlement pour leur budget.
Pourquoi ne pas avoir lancé un référendum ou une initiative pour remettre l'église au milieu du village et remettre l'argent du contribuable dans les œuvres réalisées par l'état?

Vous dites:
"Et, pour achever d'énerver le MCG : Imagine-ton la République Française faisant contrôler ses comptes par "PricewaterhouseCoopers" ?

L’État genevois fait mieux. Concernant les gares du CEVA, outre les grands travaux du génie civil qui ont échappé à l'économie genevoise, il confie à la SNCF le soin de procéder aux attributions de lots (bizarrement confectionnés) à des entreprises françaises exclusivement avec personnels détachés (comme par hasard).

Alors retombées fiscales! où atterrissent elles?

Et nos fonctionnaires qui travaillent sous direction de cadres décideurs français ? Spécialistes des marchés publics à l'office de l'urbanisme. Serait-ce un un pur hasard?

Notre pays ne compte que des incompétents, il a besoin de professionnels pointus comme nous, disait le maire de Saint-Julien (remarque inquiétante à propos de nos écoles professionnelles).
Genève est indubitablement une bonne bouchée à ne pas bouder pour la France et M. Peppy, re-patron de la SNCF...

L'ouverture d'esprit ou de la maison oblige!

Écrit par : Beatrix | 08/04/2014

Les commentaires sont fermés.