30/10/2013

Un vraie bonne nouvelle

L'installation du projet de simulation du cerveau (HBP) à Genève, dans les anciens locaux de Merck Serono, aux côtés du campus Biotech consacré à la recherche en biotechnologie et en neurosciences est une vraie bonne nouvelle. Ce projet réunit une centaine de partenaires (Universités, hôpitaux instituts, etc...) au niveau mondial. Son but est de mieux comprendre le cerveau humain grâce à des modélisations et des simulations informatiques. J'apprends aussi qu'"une soixantaine de scientifiques du Centre interfacultaire en sciences affectives va s'installer au campus la semaine prochaine". Je ne savais même pas que cela existait, "les sciences affectives" et me sens beaucoup plus intelligente tout d'un coup. En tous cas, j'aime nettement mieux que mon Canton devienne un pôle neurologique mondial plutôt que la plaque tournante de la spéculation sur les matières premières.

20/10/2013

Un suppléant crache dans la soupe

Ceci est une réponse au texte ahurissant du dénommé BABEL WEB intitulé dans son blog "l'attrape-nigaud". On y lit en particulier : "jusqu'à aujourd'hui, les députés inactifs ou incompétents... étaient poussés à la démission par leurs collègues... désormais, les suppléants seront les oreillers de paresse des titulaires trop fainéants ou trop tentés par le dilettantisme parlementaire".

Le peuple a donc prioritairement élu des incompétents et des fainéants, qui n'auront d'autres urgences que de se faire remplacer par leurs brillants "viennent ensuite", seuls intégrés, capables et multifonctions. Au lieu de se réjouir d'être amené à siéger quoique non-élu, le dénommé BABEL WEB se répand en insultes comme à son habitude à l'égard des élus du peuple : "Inactifs, incompétents, fainéants".

Les modifications introduites dans l'art. 27A du règlement du Grand Conseil autorisent un député titulaire à faire appel directement à un suppléant sans consulter d'abord les autres titulaires. C'est à mon avis  un grave déni de démocratie qui devra être corrigé par des règlements internes à chaque groupe.

18/10/2013

Publicité mensongère

Le Conseiler d'Etat Pierre-François Unger apparaît dans un cartouche payé et y déclare : "L'impôt est progressif, ce qui signifie que les personnes à hauts revenus sont taxées plus fortement, en proportion, que les autres"

Le terme "en proportion" est totalement mensonger. Certes, l'impôt direct est progressif : C'est la moindre des choses qu'à taux égal (Par ex. 10%), un revenu de 1.000.000 soit plus taxé (CHF 100.000) qu'un revenu de 100.000 (CHF 10.000).

Mais le taux de l'impôt, lui n'est justement pas progressif. Le dernier responsable du département des finances a réussi à faire voter le principe de limiter le taux pour les hauts revenus et les grandes fortunes à 60% du revenu net imposable. C'est ce qu'on appelle le bouclier fiscal, mesure totalement inique. 

La confusion entretenue dans l'esprit du public est délibérée. Certains constituants, pourtant socialistes, avaient également fait semblant de ne pas comprendre la différence entre les deux propositions : "Le taux de l'impôt est progressif" que nous souhaitions introduire pour interdire les boucliers fiscaux et "l'impôt est progressif", ce qui est heureusement toujours le cas (même avec un taux dégressif comme avaient osé l'envisager certains cantons).