13/04/2012

communiqué d'Attac France

Le gouvernement a-t-il donné le feu vert au nouvel outil de spéculation contre la dette française ?

A quelques jours de l'élection présidentielle, Eurex - une bourse allemande spécialisée dans les produits dérivés - lance un nouveau produit financier qui va permettre de faciliter grandement la spéculation sur la dette française. Jusqu'ici réservée aux très gros opérateurs financiers, la spéculation sur les taux d'intérêt payés par la France va devenir accessible au boursicoteur de base.

Comme dans le domaine des matières premières ou agricoles, la spéculation sur les produits dérivés de taux d'intérêt risque de faire flamber les prix du "sous-jacent" - c'est-à-dire ici le taux d'intérêt sur la dette française. En achetant ce produit, les spéculateurs peuvent en effet parier sur une hausse des taux d'intérêt que la France offre aux prêteurs. Plus nombreux seront les parieurs, plus les prêteurs jugeront que "le marché" anticipe une hausse des taux, et plus ils seront inquiets sur la situation de la dette française. Car une hausse des taux d'intérêt ("prime de risque") indique que les opérateurs de marché anticipent un risque plus élevé de défaut du pays concerné. De fait cette hausse alourdit la charge de la dette, donc aggrave les déficits, la dette et donc in fine le risque de défaut...

Finalement, selon la logique de la "prophétie autoréalisatrice", les paris sur la hausse des taux d'intérêt contribueront à cette hausse. Et l'exigence d'un plan d'austérité draconien pour "rassurer les marchés" sera posée "dans les deux jours après le 6 mai", comme l'a affirmé Nicolas Sarkozy.

Eurex est une société privée qui dit n'avoir aucune intention politique : elle affirme ne faire que répondre « à une forte demande des acteurs de marché français et autres acteurs européens, à la recherche d'un outil de protection adapté ». C'est possible, mais  l'Agence France Trésor, c'est-à-dire Bercy, c'est-à-dire le gouvernement français, s'est quant à elle publiquement félicitée de cette « initiative privée qui pourrait susciter un surcroît d'intérêt des investisseurs pour les titres français et accroître marginalement leur liquidité », (selon un porte-parole de l'AFT cité hier par l'AGEFI.(www.agefi.fr/articles/les-futures-sur-la-dette-francaise-...).

Selon Pascal Canfin, député européen EELV, l'Agence France Trésor (AFT) a même accordé son autorisation au lancement de ce produit. L'AFT, donc Bercy, donc le gouvernement français, a-t-elle vraiment autorisé le lancement de cette nouvelle arme de spéculation massive à quelques jours de l'élection présidentielle ? Est-il possible que les technocrates de l'AFT aient agi dans une affaire aussi grave sans même en référer à leur ministre ? Est-ce une coïncidence au moment où Nicolas Sarkozy et François Fillon agitent de façon de plus en plus ostensible l'épouvantail d'une attaque spéculative contre la France en cas d'élection de François Hollande ?

Attac exige la clarté sur les conditions de lancement de ce produit financier. L'incompatibilité entre la démocratie et la loi des marchés financiers devient de plus en plus éclatante. La finance ou les citoyens, qui doit décider ?

Attac France,
A Paris, le 13 avril 2012

Commentaires

Tout ce qui permettra aux initiés de prendre la tangente vers des gains assurés, nous avons connus ce phénomène sous un angle différent, certes, mais allant dans la logique de ce "produit" misant sur le malheur des français, c'était avec la baisse artificielle et connue de certains, du franc suisse, avec le scandale Hildebrand, c'est à dire que les politiques ou autres technocrates auront accès à des données sensibles.

Le scandale Hildebrand n'a pas uniquement profité à sa femme, mais dans un silence feutré, nous avons pu comprendre que des importants acteurs de la finance étaient également suffisamment informés pour avoir opérés des changes et non pour quelques broutilles, les broutilles ayant permis d'attirer l'attention des contribuables, mais des opérations couvrant des milliers de milliards, raison pour laquelle la banque national a pratiqué un tel holdup.

La barrière entre les politique et les décisionnels doit être totalement hermétique, là dans cette mise en scène française comme dans la tricherie helvétique, les politiques ont apprivoisés la finance artificielle. La finance bidon, la porte ouverte à la mauvaise foi des voyous hauts placés !!

Écrit par : Corto | 13/04/2012

Lors de l'introduction du NF l'espace d'un matin il se traita à parité avec le franc suisse pour finalement échoué à 25 francs pour 100 francs suisses.

Alors toutes spéculations pouvant affaiblir notre ennemi économique et financier sont les bienvenues.

Actuellement devant le charivari entourant l'euro de très nombreux investisseurs placent des francs suisses au taux négatif de -0,7 % p.a. auprès de la Confédération.

Écrit par : Hypolithe | 14/04/2012

C'est les islamistes et le vatican qui vont être content !!!

Écrit par : Corto | 14/04/2012

Gargamelle est partie se faire violer au proche orient ça va pas être joly joly...au bois de boulogne, cela aurait évité de rejeter le Co2! Enfin, moins...

Merci Mme ATTAC-ORSINI de votre clairvoyance en économie.

Écrit par : Pierre Noël | 14/04/2012

Les commentaires sont fermés.