16/08/2011

Impôt Fédéral sur les successions

Nous avons jusqu'en Février 2013 pour voter l'initiative sur un impôt fédéral sur les successions, dont 2/3 iront à l'AVS et 1/3 aux cantons. Celle-ci exonère les conjoints, prévoit des allègements pour les transmissions d'entreprises et une franchise de 2 millions. Exactement ce qu'aurait dû faire le Canton de Genève au lieu d'inclure dans son abolition des super-héritages échappant à toute taxation.

11/08/2011

Fonds européen de stabilité financière

Réuni le 21 juillet à Bruxelles, le sommet de la zone euro a confirmé le choix politique des dirigeants : Faire payer aux contribuables et aux peuples européens le coût de la crise.

On a créé le Fonds européen de stabilité financière qui pourra racheter les obligations considérées comme pourries des pays débiteurs. Les contribuables européens vont décharger les banques qui auraient dû prendre les pertes en charge, pour avoir prêté de façon inconsidérée et cela avant-même qu’elles ne soient réalisées.

Les chefs d’Etat et de gouvernement européens réitèrent leur engagement à une austérité sans faille qui implique un tour de vis draconien sur les finances publiques partout en Europe.

Alors que la solution à la crise par l’arrêt des plans d’austérité et l’annulation partielle des dettes, l’annulation des cadeaux fiscaux faits depuis vingt ans aux entreprises et aux riches, la possibilité donnée à la Banque centrale européenne de prêter directement aux Etats membres,.

Attac France propose la mise en place d’un audit citoyen de la dette publique pour évaluer entre autres qui doit payer pour cette dette et jusqu’à quel point celle-ci est légitime

(Résumé d'une communication d'attac-France : "Les pyromanes saluent le plan anti-incendie de la zone euro"

07/08/2011

Suppression des droits de timbre

Il y avait longtemps que nos autorités ne s'étaient pas préoccupées de la suppression ou de la dimination d'un impôt en faveur d'actionnaires ou de sociétés de capitaux. Cette fois, ce sont les droits de timbre (d'émission,  de négociation et sur les primes d'assurance) qui sont sur la sellette, en tout une bagatelle de 2 milliards 800 millions dont l'administration fiscale fédérale a été chargée d'étudier la suppression. Pour financer la perte de recettes, il est entre autres envisagé une hausse de la taxe CO2, de la TVA, etc. Comme toujours, de faire financer par le contribuable consommateur de base un cadeau totalement arbitraire aux possédants. Cette volonté de favoriser le capital envers et contre tout est tellement absurde que même des milliardaires américains ont annoncé qu'ils étaient d'accord pour une augmentation de leurs impôts si cela pouvait aider leur pays. Certes, les finances de la Suisse sont en meilleure santé, mais est-ce une raison pour faire de tels cadeaux à ceux qui n'en ont nul besoin au détriment des plus modestes ?