15/09/2009

La gouvernance

Le 1er juin 2008, le peuple genevois a rejeté à une majorité de 58% les trois projets de lois concernant la gouvernance des EPM, des TPG et des SIG. Il a ainsi clairement montré qu'il souhaitait le maintien d'une représentation parlementaire importante au sein des conseils d'administration de ces établissements de droit public.

Croyez-vous que cela ait le moins du monde influencé le Conseil d'Etat qui revient à la charge avec exactement les mêmes prétentions en matière de composition desdits conseils et des phrases aussi ronflantes que creuses "cette réduction est conforme aux critères fédéraux d'efficacité et de gestion des établissements publics"... "Il s'agit de doter les entités concernées de conseils qui soient à la hauteur des exigences et des enjeux".

Quand les exécutifs, eux-mêmes élus du peuple, cesseront-il de considérer les parlementaires comme des demeurés indignes de s'asseoir à une table d'un de ces sublimes conseils et les votes populaires comme nuls et non avenus ?

Les commentaires sont fermés.